Nos prises de décisions quotidiennes, quel que soit le domaine qu’elles affectent, sont le fruit d’une réflexion personnelle dans un cadre délimité. Et si notre libre arbitre et notre raison sont les principaux moteurs de cette introspection, les valeurs diffusées dans notre environnement et la manière dont nous les avons assimilées influencent aussi nos choix.

Une prise de décision est, en effet, neurologiquement parlant, très rapide, bien moins d’une seconde, lorsqu’il s’agit de réagir face à un danger immédiat, l’émotion est, alors, prédominante. Lorsque la décision s’établit comme un processus cognitif avec le temps pour la réflexion, dont la conséquence est un choix entre diverses alternatives, l’émotion, sans prévaloir, intervient.

La prise de décision est un des comportements organisationnels que vous devez connaître. Prendre une décision consiste à faire un choix entre deux alternatives ou plus. La prise de décision rationnelle suit un processus en 6 étapes :

1)      Définir le problème.

2)      Identifier les critères de décision.

3)      Maintenir les critères.

4)      Mettre en évidence les alternatives.

5)      Relier chaque alternative à chaque critère.

6)      Définir la décision optimale.

Lorsque le preneur de décision définit le problème, il nécessite une identification des critères de décision à la résolution du problème. Dans cette étape, le preneur de décision déterminera ce qui est utile à la prise de décision pour assurer les valeurs et les préférences personnelles dans le processus. Ensuite il s'agit d'identifier les critères car lorsqu'on ignore l'identification de certains facteurs, on nuit à l'appropriation de la notion de prise de décision. Les critères identifiés n'ont pas la même importance d'égalité. Ainsi, la troisième étape demande de les peser précédemment dans le but de leur accorder une priorité dans la décision.

La quatrième étape demande de générer les alternatives possibles qui peuvent résoudre le problème en les rémunérant dans une liste. Une fois que ces alternatives sont engendrées, le preneur de décision devra analyser, critiquer et évaluer chacune des alternatives. Ceci sera effectué en reliant chaque alternative à chaque critère. Les forces et les faiblesses de chaque alternative seront ainsi évidentes en les comparant aux critères établis dans la deuxième et troisième étape.

L'étape finale dans le modèle demande de déterminer contre chaque critère pesé en sélectionnant l'alternative avec le score le plus élevé.

Ce modèle de prise de décision suppose que le problème soit clair, que vous connaissiez toutes les alternatives, que vos préférences soient établies et que vous ayez le temps de dérouler tout le processus. Ce n’est pas toujours le cas.

Voici donc quelques conseils pratiques, pour que votre prise de décisions ne soit plus jamais un calvaire tiraillant votre esprit et une source de stress.

A-    Avant toute prise de décisions, il est bien évident que votre objectif principal doit être mis en relief. Que cherchez-vous à atteindre ? Le choix que vous hésitez à formuler entre-t-il concrètement dans la réalisation de votre projet ?

B-    Pour que vos décisions prennent toute leur ampleur et leur légitimité, focalisez-vous sur l’expérience qu’elles vous permettent d’appréhender plutôt que sur la pression du résultat.

C-    Nombreuses sont les personnes qui prennent de mauvaises décisions simplement par peur de questionner l’opinion collective ou d’être soumises aux jugements d’autrui sans réellement remettre les choses dans leur contexte.

Alors que ce soit dans la vie personnelle ou professionnelle, nous sommes amenés chaque jour à devoir prendre des décisions : décisions à court, moyen ou long terme, micro-décisions de peu d’importance ou décisions importantes et engageant l’avenir, notre avenir ou celui de notre organisation. 

Quel que soit donc le registre de votre décision et le domaine qu’elle pourrait affecter, vous ne pouvez donc pas vous baser uniquement sur des conseils ou des opinions qui émanent de votre environnement. Cela remettrait en cause l’objectivité de votre réflexion.